Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SoCheek!

Il était là, je l'ai vu.

5 Novembre 2012 Publié dans #a la maison, #c'est la dep!

En ce moment, il y a la Foire Gastronomique à Dijon. Comme mamie habite pas très loin, on a décidé d'y faire un petit tour en famille. Après un bon repas bien copieux ponctué d'éclats de rire, de blagues bien comme on les aimes, ... Il a fallu passer par la case "On va faire les courses?"

C'est pas que j'apprécie pas d'aller faire les courses mais chez mamie c'est un peu particulier. Pendant deux ans, j'ai été avec quelqu'un. Un bourreau, un tortionnaire, un tyran. Du genre à vous faire perdre confiance. Plus confiance en vous, plus confiance envers quiconque. Le genre à vous rabaisser pour un oui pour un non. le genre à vous couvrir de mots doux, de cadeaux, de petites attentions comme on en rêve toutes!

C'est le genre qui a insisté comme pas possible pour qu'on prenne un appart' ensemble. J-2 avant l'amménagement, il vous annonce qu'en faite entre vous c'est pas possible (comprennait ça fait deux mois que je te trompe et c'est avec elle que je vais m'installer!) mais tu reste une salop* (oui je travaillais dans une brasserie pour payer mes études!). Enfin bon le genre qu'on à pas envie de revoir.

Oui mais voilà mamie habite à 5km de ce tyran! Le moindre déplacement me fou le chocotte. *Et bien entendu ce qui devait arriver arriva. Au détour d'un rayon qui vois je? Le tyran. Il est là avec son petit caddie, sa poule. Je fais reste cloué sur place forcement. J'ai des jambes de plombs, des noeuds dans l'estomac, envie de vomir. Je sais que je dois pas le laisser m'approcher sinon il va m'humilier comme il s'est si bien le faire! Heureusement je ne crois pas qu'il m'est vu pendant ces 10 secondes qui m'ont paruent une éternité. Enfin ça s'était il y a un an.

Le même supermarché, la même scène (mais pas la même poule pour lui!) et on recommence. Sauf que cette fois ci, je suis pas resté accroché à mon caddie paralysée par la peur. Non, hier, j'ai redressé le buste, sorti la tête des épaules, fixé le magnifique paquet de céréale loin derrière lui et suis passée, fière, devant eux, sans un regard...

Et là, c'est la révélation! Les gars, je suis guérie! J'ai plus peur de lui! C'est fini! Même le message reçu sur le plus formidable des réseaux sociaux ne me fait plus pleurer. "Tu ressambles toujours à une p***" Même ça ne me touche plus. Victoire!

Il était là, je l'ai vu.
Il était là, je l'ai vu.

Partager cet article

Commenter cet article